Oxygène pour le GVVN: on y est finalement!


Finalement j’ai réussi à dénouer le mystère de l’utilisation d’oxygène en planeur en Suisse. Comme l’oxygène est devenu un médicament (sous contrôle de SwissMedic) les fournisseurs (Pangas, Carba, etc.) ont pris l’option de ne plus remplir des bouteilles privées mais de louer des bouteilles seulement. Cela limite le choix à une bouteille de 2 litre et 3.5 litre (Pangas) ou 3.7 litre (Carba) (toutes les deux à un diamètre de 100mm). En plus, pour éviter de devoir contrôle la pureté du gaz à chaque fois que la bouteille est constituée, ils ont choisi d’installer une valve qui garantit une pression restante avec l’utilisation. Il se veut que cette valve n’était plus compatible avec le manomètre/raccord fournit par Mountain High pour leur produit EDS (O2 à la demande selon altitude). Donc, On Top, l’importateur suisse des EDS a réussi à négocier avec Mountain High un nouveau raccord qui est compatible. Après environ 20 téléphones, 3 visites aux dépots de Pangas et des innombrables emails (j’en passe les détails) j’ai finalement commandé et reçu pour le GVVN un set de deux EDS avec un Y et un nouveau raccord compatible et loué une bouteille à 3.5 litre de chez Pangas à Marin échangeable à n’importe quelle dépot de Pangas en suisse (je ne sais pas encore pour la France). Michel a installé cette semaine encore une plaque pour fixer la bouteille dans le DG500. Donc je pars tranquille en Engadin avec une machine équipée de O2, solution également transférable aux DG100/202, le Pégase C3 et le DG505 (ici, il manque la fixation encore).

J’aimerais remercier le comité du GVVN pour la décision de l’acheter et le soutien dans la démarche. Des remerciements chaleureuses vont à Michel, notre dieu du mécano, à Alain, notre chef mat, et à Heini Schaffner, le prof de l’O2 en Suisse (qui est apparu comme par hasard au bon moment au terrain où je le connu pour la première fois).

Ca va sans dire que je soutien comme médecin l’utilisation de l’oxygène par tous les pilotes (aussi ceux qui ont déjà une fois survécus des 5000m sans oxygènes ;-)). Le besoin ou bénéfice d’oxygène est très individuel et son utilisation avec le système EDS tellement facile que je dirais: dans le doute, oui. Ce n’est certainement pas une question de prouver comme on est jeune, beau et fort en en renonçant. Selon tout ce qu’on sait il n’y a pas une limite franche d’altitude à laquelle l’hypoxie sous-clinique commence. Si l’occasion se prête on va peut-être faire quelque recherche scientifique avec Heini sur Neuch. J’ai déjà un contact pour un appareil qui enregistre les paramètres vitales (EEG, ECG, O2, mouvements d’abdomen, thorax, etc.) en temps réel. Qui sait.

Publicités
Non classé

4 réflexions sur “Oxygène pour le GVVN: on y est finalement!

  1. Une très bonne nouvelle! Et tu vas a un camp a Samedan? Hmmm… je suis un tout petit peu jaloux! Profite bien!

  2. Thank, my friend. Je vais maintenant pour la Windeneinweisung en train et reviens dimanche chercher le 500 pour le BFK Alpenflug. Je suis assez curieux comment je vais me porter entre les montagnes…

  3. Oui profite un max! C’est une expérience géniale que tu vas vivre.
    Je te souhaite de magnifiques vols.
    Et c’est super que tu ais pris les devants pour l’oxygène.
    Thanks lot my friend.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s