Safety briefs

Bulletin de sécurité 2013_2

Bulletin de sécurité_2013_2

Safety brief #1

Les accidents en 2011 en révue. Un moment de réflexion pour essayer de rendre notre sport plus sur. Les rapports sont préliminaires et ne nous disent pas encore pourquoi ces accidents sont arrivés. Dans un prochain brief je discuterai les accidents 2010, où les investigations ont été conclues. Et dans un autre je ferai en petit topo sur  la relation entre incidents et accidents.

Source: http://www.bfu.admin.ch/fr/index.htm

2.4 ASK21, pilote bléssé considerablement, avion grievement endommagé, moniteur non blessé

Das Schleppflugzeug setzte mit dem Segelflugzeug zum Start auf der Graspiste 27 an. Der Pilot des Schleppflugzeuges brach den Start ab als dieses noch nicht abgehoben hatte. Das Segelflugzeug, das zu diesem Zeitpunkt bereits in der Luft war, überflog das nach links rollende Schleppflugzeug und kollidierte danach mit der Böschung des Bachgrabens hinter dem Pistenende.

6.4 Discus CS, pilote grièvement blessé, avion grièvement endommagé

Durante la fase finale di un atterraggio fuori campo l’aliante tocca con l’ala destra un ostacolo e precipita al suolo.

22.4 DG800S, HB-3253, pilote décédé, avion détruit

Beim Windenstart auf der Piste 01 kippte das Segelflugzeug auf einer Höhe von ca. 40 m über den rechten Flügel ab und schlug mit der Rumpfspitze voran auf dem Flugplatzgelände auf.

1.8 Kestrel, D-2197, pilote décédé, avion détruit

Das Wrack des Segelflugzeugs wurde auf einer Weide ca. 1600 m/M gefunden.

9.8 Nimbus 4M, HB-2254, pilote non blessé, avion grièvement endommagé

Emergency landing due to worsening meteorological conditions. During the approach for a landing on a forest glade, the glider collided with trees and has been seriously damaged (both wings were completely destroyed).

23.8 Stemme S-10VT, pilote grièvement blessé, PAX/moniteur grièvement blessé, avion détruit

Nach dem Start auf Piste 12 gewann der Motorsegler nur wenig Höhe und kollidierte schliesslich etwa am Anfang des Gegenanflugs mit Bäumen. In der Folge stürzte er auf eine Wiese ab.

Safety brief #2

Mental models

Les êtres humains comprennent la réalité seulement grâce à des modèle du monde dans notre tête. Autrement le flux sans fin des impressions sensuelles ne faisaient aucun sens. Cela permet aussi d’être très performant dans la compréhension des patterns. Par exemple, nous avons aucune difficulté de reconnaitre un visage connu parmi 100 autres personnes d’un coup. Par ailleurs, un niveau de stress élevé augmente la reconnaissance des patterns, ce qui a pu être démontré dans des projets de recherche scientifiques. Et même avec une information (visuelle ou autre) que partielle, notre cerveau extrapole le reste basé sur une expérience de ce qui va normalement ensemble. Cela est du à des modèles mentales, des images que nous avons déjà dans la profondeur de notre cerveau et qui sortent dès que quelques éléments captés de l’entourage suggèrent qu’on a a faire à une telle et telle situation.

Autant que c’est pratique et autant que cela est même essentiel pour fonctionner correctement, il y sont liés deux défauts majeur.

Réalité trompeuse

Les modèles mentales nous peuvent tromper. Appeler par des éléments extérieurs (en anglais: cues), ils s’impose et nous font croire à une réalité qui n’a pas grande chose à voir avec la réalité réelle. L’image est complété dans une mauvaise direction. Cela est bien connu dans le domaine de navigation où la carte et la géographie extérieure sont aligné à tort et on se croit à un endroit où on est pas du tout. Surtout si on est déjà bas et on est stressé – comme on a vu – ce phénomène s’aggrave.

Un phénomène très connu dans ce domaine est la change blindness. Regardez ces deux vidéos qui démontrent bien de ce qu’on parle ici.

Un autre domaine où ce phénomène fait de dégât est la communication. On ne pourrait rien comprendre à la radiotéléphonie avec sa mauvaise qualité notoire si on avait pas déjà une idée de ce qui est normalement dit dans une certaine situation. Par contre, de nouveau, on peut y mettre un sens à tort si pour une fois ce qui est dit est le contraire de ce qui est normalement dit. L’accident mortel de Teneriffe en témoigne.

Surestimation

Le deuxième phénomène à connaitre est la surestimation de la qualité de notre jugement sur la réalité. On ne se croit pas victime de nos modèle mentales au niveau qu’on l’est. On croit à ce qui nous dit notre cerveau que nous voyons et entendons.

Comme y palier?

La première arme contre le coté trompeur des modèle mentales est de connaitre ce phénomène, de reconnaitre que ce que nous voyons n’est jamais la réalité mais seulement notre image de la réalité. Garder toujours une suspicion, un oeuil supérieur qui regarde à la fois la réalité (imaginée) mais aussi soi-même dans la situation de regarder cette réalité (meta-cognition). Cela n’est pas donné et veut un entrainement volontaire. Un bon debriefing (avec soi-même ou partagé) peut également aider.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s